Accompagner Cofiroute pour faire face au risque inondation sur son réseau via l’assistance technique en résilience climatique

Cofiroute prend la résilience climatique au sérieux. Le concessionnaire fait confiance aux équipes de SIXENSE pour l’accompagner dans la préparation de son plan stratégique et opérationnel de résilience de ses infrastructures au risque d’inondation.

Diagnostiquer les zones les plus vulnérables

Le concessionnaire dispose de 1 200 km d’infrastructures linéaires couvrant le centre-ouest de la France. Cette zone géographique est exposée aux inondations. Pour appréhender et maitriser au mieux ce risque, Cofiroute à fait confiance à nos experts en résilience climatique et SIG. Pour déterminer les zones les plus vulnérables pour Cofiroute, un travail conséquent sur le choix des indicateurs formant l’indicateur composite a dû être mené entre les deux parties. Ce dernier mêle l’exposition aux risques, la sensibilité du terrain naturel, mais aussi la vulnérabilité du territoire et l’éloignement des secours et autres forces de l’ordre pouvant intervenir sur place en cas de crise. Une fois l’indicateur composite validé par les services techniques du client, nos spécialistes ont créé un arbre de décision permettant de déterminer les zones critiques à étudier finement. Chacun des tronçons des 1200 km de l’étude est éprouvé par l’arbre de décision déterminant si oui ou non il sera sélectionné pour la suite. Cette tâche demande un travail d’analyse et de calculs conséquent ainsi qu’une mobilisation des équipes du client pour fournir les contenus sources et valider les différentes étapes du processus.

Des débuts prometteurs

La méthode s’avère robuste car les sections mises en évidence à l’issue du diagnostic se recoupent avec celles mises en exergues par le RETEX client (retour sur expérience). La démarche en co-construction entre Cofiroute et nos experts en résilience montre ainsi sa pertinence.

Modéliser la résilience fonctionnelle des zones vulnérables et accompagner Cofiroute dans la réalisation du plan d’actions de résilience

Un nouveau travail attend nos équipes maintenant que les sections les plus vulnérables sont déterminées. Pour commencer, nos experts procéderont à une modélisation de la résilience fonctionnelle des sections déterminées. Des scénarios seront modélisés sur la base d’une estimation fine des sections inondées. Ici encore, le client est acteur et transmet des informations sur sa capacité à agir et les délais d’action. Par exemple, les temps d’intervention de leurs équipes sur les zones de chaussées inondées ou endommagées par les inondations. Toutes les possibilités d’actions sont envisagées pour proposer la sélection des meilleures alternatives de réaction à la crise, d’actions curatives post-évènement et d’actions préventives.
Pour cette phase qui démarre fin 2019, nos équipes vont utiliser plusieurs méthodes pour évaluer les mécanismes de propagation de défaillance de systèmes et sous-systèmes.
Cette seconde phase de travail devrait prendre environ 6 mois.