L’ingénierie géophysique pour sécuriser les ancrages du futur barrage de Sambangalou au Sénégal

Le projet de construction du barrage de Sambangalou, village au sud-est du Sénégal proche de Kédougou d’une puissance de 128 MW sera capable de produire annuellement 402 GWH pour une retenue de 181 km². En amont de sa construction, il est nécessaire de définir les ancrages du futur barrage. C’est dans ce but que VINCI Construction Grand Projet (VCGP)nous a missionné pour identifier la géologie du site.

Pour démarrer la construction du projet d’aménagement hydroélectrique (AHE), VCGP doit disposer d’une étude de faisabilité. De ce fait, nos géophysiciens ont effectué une campagne de reconnaissance géophysique permettant d’identifier la géologie et les éventuels accidents (zone de fracturations, d’altérations préférentielles), d’estimer la qualité des matériaux et de déterminer la profondeur du toit des terrains d’appui, d’assise des fondations (présentant de bonnes caractéristiques mécaniques) au droit du futur projet. L’étude géophysique s’étend sur les 3 sites du projet que sont la zone du barrage, la zone de la digue du col et la zone d’emprunt (carrière pour la construction). L’équipe projet a opéré des mesures géophysiques pendant 1 mois sur le terrain, mettant en place une méthodologie utilisant à la fois tomographie électrique de surface, sismique par réfraction et MASW (Multichannel Analysis of Surface Waves : Analyse des ondes de surface à l’aide de plusieurs capteurs) pour étudier les sous-sols sur 40m de profondeur globalement.

Par la suite, le traitement des données a permis de différencier les matériaux du sol ainsi que leur qualité. En outre, ces études ont mis en évidence les anomalies du terrain comme les zones décomprimées, à risque d’instabilité. L’interprétation des résultats couplés avec les reconnaissances géotechniques va permettre d’orienter les travaux de terrassement et de positionner, dimensionner les fondations pour assurer un bon encrage du barrage.